La violence à l’école

Définition de La violence à l’école

La violence à l’école est l’une des formes les plus visibles de violence à l’égard des enfants. Elle peut se manifester de nombreuses formes, allant de la violence physique à la violence psychologique, et se traduit souvent par des brimades et des actes d’intimidation et de répression. Ce phénomène instaure un climat d’insécurité et de peur dans tout l’établissement scolaire et viole le droit des élèves d’apprendre dans un environnement sûr et non menaçant. Or, l’école, en tant que lieu d’apprentissage et de socialisation, ne peut remplir sa mission si les enfants évoluent dans un environnement marqué par la violence.

Six principales formes de violence

  • la violence verbale : ex.: insulter quelqu’un, le menacer, se moquer de lui, lui attribuer un nom humiliant, etc.; 
  • la violence physique : ex.: frapper quelqu’un, faire exprès de le bousculer, le chicoter ou le fesser, le mettre aux piloris (« la souris », la « moto »), etc.;
  • la violence sociale: ex.: exclure quelqu’un d’un groupe, l’ignorer à cause de ses origines ethniques ou de sa religion, d’une infirmité, répandre des rumeurs sur autrui, etc.;
  • la violence matérielle : ex.: voler les effets ou l’argent d’autrui, casser, dégrader ses biens ou ceux d’un groupe de personnes, etc.
  • la violence sexuelle : ex.: insulte, parole, geste… à caractère sexuel, obligation faite à un élève d’avoir des rapports sexuels en échange de bonnes notes de classe.
  • la cyberviolence : ex.: à partir de sites internet ou de téléphones portables, menacer quelqu’un, répandre des rumeurs sur lui, en montrer des images humiliantes, etc.;

Les causes de la violence scolaire

Les causes de l’agressivité et de la violence des jeunes au sein d’un établissement scolaire sont multiples. En effet cela peut être à l’origine de :

  • Problèmes familiaux : Dans la société actuelle les liens familiaux se dégradent de plus en plus avec les divorces qui augmentent d’année en année, ainsi que les séparations. Cela peut aussi être dû à un manque de relations chaleureuses entre parents et enfant, l’absence de frères et sœurs ou bien des parents pour des raisons professionnelles. Il y a aussi les démissions parentales, c’est-à-dire que les parents baissent les bras face à l’éducation de leurs enfants pour diverses raisons comme le chômage et la pauvreté, les rendant incapables d’acheter les fournitures. Puis, les enfants vivant un drame à la maison ont souvent des comportements violents à l’école. Tout cela laisse souvent les enfants livrés à eux –mêmes.
  • Problèmes sociaux : L’avenir des jeunes semble précaire avec le chômage en hausse donc la majorité des adolescents ne perçoivent plus la nécessité de faire des études qui ne mènent à aucun débouché. De plus l’image des enseignants vis-à-vis des parents n’a plus le prestige d’autrefois dans la société car ceux-là sont nombreux à remettre en question l’enseignement que leurs enfants reçoivent. Pour certains, la violence peut être une manière d’exprimer leur révolte face aux inégalités sociales et aux discriminations dont ils souffrent. Les médias peuvent en être aussi la cause car les jeunes sont constamment exposés à des scènes de violence à la télévision ainsi que sur internet.
  • Problèmes scolaires : L’abolition de la punition physique, L’absence de communication entre les professeurs et les élèves, Certains enseignants font la distinction entre élèves, ..

Conséquences de la violence à l’école

La violence exercée à l’école affecte aussi bien les victimes, les témoins que les auteurs. Elle représente un véritable danger aux plans :

  • scolaire (ex. : absentéisme, démotivation, redoublement, etc.);

Des études ont montré que des élèves impliqués dans la violence à l’école (victime, témoin ou agresseur) peuvent avoir des troubles de mémoire, des difficultés à se concentrer et à raisonner. Cela explique en partie leurs mauvais résultats scolaires (ex.: redoublement, abandon). En ce qui concerne particulièrement les victimes de violence, elles peuvent devenir absentéistes et ne plus aimer aller à l’école.

  • psychologique (ex. : dépression, suicide, etc.); 

Des études ont montré que la violence à l’école peut amener certains élèves à avoir des idées de suicide ou à souffrir de dépression, d’anxiété et à connaitre des problèmes sur le plan psychiatrique (ex.: folie).

  • social (ex. : consommation de drogue, délinquance, etc.). 

Des études ont montré que la violence à l’école peut amener certains élèves à consommer de l’alcool ou de la drogue. Et, à l’âge adulte, le risque pour ces élèves de connaitre des difficultés dans leurs relations avec les autres est réel, car la violence peut déboucher sur des problèmes graves (ex. : harcèlement sexuel, frapper le conjoint, les enfants, etc.).

Les solutions

Afin d’éradiquer ce mal à la racine, la société est appelée à mettre en place des moyens adéquats et des stratégies efficaces :

  • l’implication non seulement du corps éducatif mais aussi des parents à surveiller les comportements de leurs enfants.
  • la société doit propager les valeurs de la tolérance et de la coopération.
  • Il faut aimer ces jeunes, mieux se rapprocher d’eux pour comprendre leurs souffrances et essayer de les aider à mieux résoudre leurs problèmes.
  • Finalement il faut créer au sein des établissements des centres d’écoutes au service des élèves et des enseignants.

Laisser un commentaire